Actualité

Ski de randonnée

Le Wilerhorn

22/05/2012
Le Wilerhorn

Quatre courageux étaient inscrits pour la dernière sortie de ski alpinisme de la saison. Effectivement, il fallait être très motivé pour se lever à 3 heures du matin de façon à ne pas être en retard au rendez-vous fixé à 4 heures sur la place du marché à Gex et surtout pour affronter 200 km de routes pour se rendre à Tatz, petit hameau Valaisan perché sur la rive droite de la vallée du Rhône et point de départ du Wilerhorn.

Pendant le trajet en voiture, mes passagers devaient bien se demander pourquoi je les emmenais si loin, gravir un sommet inconnu au fin fond du Valais.
Nous trouvons sans difficulté le départ du chemin dans un virage en épingle à 1640 m d'altitude. Nous partons à pied, les skis sur le sac à dos, en suivant un très bon chemin à flanc de montagne jusqu’à l'alpage Joli. Après une heure de marche et 400 m de dénivellation, nous débouchons sur le plateau de Chiemattbode où nous nous arrêtons le temps de coller les peaux et de chausser les skis.

Magnifique cirque glacière au dessus du plateau de Chiemattbode.

Nous découvrons un magnifique cirque glacière entouré par le Jegihorn, le Wannihorn, le Strahlhorn et le Hogleifa, une série de sommets dépassant les 3000 m d'altitude. Les sommets sont plâtrés de neige fraiche tombée le jour précédent. Une équipe de quatre randonneurs nous a devancés et nous n'avons qu'à nous laisser guider par leur trace qui monte d'abord sur la moraine de gauche.

Vue sur le Weisshorn en arrière plan. Jean-Charles et Denis en plein effort !

Nous gagnons rapidement de l’altitude et nous arrivons sur le Joligletscher. Je propose à Jean-Charles une petite descente à ski sans plus attendre. Les pentes de neige vierges de toute trace qui nous entourent sont trop belles et nous aurons le plaisir de faire les premières traces. Mireille, Marion et Denis préfèrent continuer en direction du sommet. Nous laissons sur place nos sacs à dos et nous nous élançons tout feu toute flamme enchainant les virages à un rythme soutenu. Descente extraordinaire aurait dit Francois s'il avait été de la partie ! Quand nous nous arrêtons au tiers de la descente prévue, Jean-Charles réalise soudain qu'il a oublié de prendre ses peaux de phoque. Il en est quitte pour remonter à pied. Je continue seul la descente à ski dans une neige fraîche de rêve. Je m'arrête au niveau inférieur de la moraine de droite, après avoir descendu à ski 400 m de dénivellation. Il ne me reste plus qu'à remonter et à rejoindre rapidement le groupe qui a continué son chemin.

Le Wilerhorn, notre objectif du jour est tout proche.

Nous nous retrouvons tous au col Jolilyka situé au pied de l'arête sud du Wilerhorn. Nous sommes tous partants pour faire l'ascension finale. Jean-Charles part le premier, skis sur le sac à dos, suivi de Mireille. Je ferme la marche. La petite couche de neige fraîche repose sur une neige transformée très dure. A chaque pas, il faut taper le pied avec force dans la neige pour arriver à tailler tant bien que mal une petite marche. La pente se redresse à presque 40 degrés et les piolets sont bien utiles. Nous arrivons tous ensemble au sommet du Wilerhorn qui domine la vallée du Lötschental du haut de ses 3307 m, mais qui ne peut pas faire jeu égal avec le Bietschhorn (3934 m) tout proche.

Les quatres courageux au sommet du Wilerhorn : Jean-Charles, Denis, Marion et Mireille.

Néanmoins, le panorama que nous pouvons contempler depuis le Wilerhorn est grandiose. Nous avons en face de nous tous les 4000 du Valais. Le temps passe vite devant un tel panorama. Il est déjà un peu plus de 12 heures. Il est grand temps de quitter le sommet, si nous voulons encore profiter de bonnes conditions pour la descente à ski.

Descente à reculons de l’arête sud.

Jean-Charles chausse les skis juste en dessous du sommet et il entame la descente à ski dès que Mireille, Marion et Denis sont arrivés au col. Je m'élance à mon tour et je les rejoins en quelques virages sautés. Pour sécuriser la descente de la pente sous le col, je pose une corde fixe. Elle n'est pas indispensable, mais elle permet de descendre plus rapidement et surtout en toute sécurité. Après avoir traversé le plateau du Joligletscher, nous descendons cette fois tous les cinq les pentes de neige que j'avais tracées deux heures plus tôt. La neige s'est alourdie, réchauffée par un soleil éclatant.

Belles pentes de neige, vierges de toute trace.

Néanmoins, le plaisir de descendre à ski des pentes vierges reste le même. De retour sur le plateau de Chiemattbode, nous nous arrêtons enfin pour la pause casse-croute.

Après l’effort le réconfort !

Je sors de mon sac à dos une bouteille de côte de Gascogne pour arroser notre dernière sortie de ski de la saison. Nous nous prélassons au soleil, profitant pleinement de cette magnifique journée en montagne.






CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE GEX
ESPACE GEORGE SAND
9 RUE DE GEX
01630  SAINT-GENIS-POUILLY
Contactez-nous
Tél. 04 50 42 22 17
Permanences :
Jeudi 20:30 - 21:30
Activités du club
Agenda