Actualité

Randonnée

Séjour Beaufortain "entre quat'zieux" du 6 au 9 septembre 2012

10/10/2012
Séjour Beaufortain

Magnifique région qui vaut le détour. C’est une réserve naturelle qui témoigne de la dernière civilisation alpestre qui est malheureusement en train de disparaître peu à peu de nos montagnes. C’est la "montagne à vaches" par excellence avec les belles "tarines du Beaufortain" dont le chant des clarines nous enchante et nous tient compagnie pendant nos balades. Là, se perpétue encore (pour combien de temps ?) la tradition de la fabrication du fameux Beaufort en alpages pendant les quatre mois d’été par des agriculteurs passionnés. Mais il n’y a pas que des alpages. Il y a de magnifiques randonnées à faire au-dessus de l’herbe verte, le Mont Mirantin, le Grand Mont, la Crête des Gittes, le Rocher du Vent et bien d’autres encore. Nous avions déjà exploré en 2007 les montagnes du côté de la Pierra Menta, du col du Grand Fond et la Combe de la Neuva. Il y a plus longtemps encore, nous avions rejoint le col du Bonhomme par le chemin du Curé au départ du barrage de Roselend et étions revenus par la Crête des Gittes et le Rocher du Vent. Cette fois, nous avons rayonné autour d’Arêches.
Carte TOP25 3532 OT et 3531 OT

• J’avais espéré plus de personnes intéressées par ce séjour mais évidemment les dates ne peuvent pas convenir à tout le monde.

• C’est donc "entre quat’zieux" que nous sommes parties Françoise et moi pour ces quatre jours. Et bien nous en a pris, car le temps était superbe, juste assez chaud pour ne pas souffrir de la chaleur.

• J’avais trouvé un gîte à Arêches, Les Charmettes (voir le lien) idéalement situé au centre des randonnées que j’avais choisies, avec vue plongeante sur le village car un peu excentré. Ce gîte s’avère bien confortable, les patrons sympathiques et nous nous régalons chaque soir de plats régionaux confectionnés avec les produits du terroir !!!! Tant pis pour les absents ! Mais je vous le recommande vivement si vous passez par Arêches.

• Pas de grands sommets au programme, plutôt des randos "découvertes", cools, panoramiques à souhait, le tout entre alpages, lacs, crêtes et rocailles. J’ai fait ce choix pour que ce séjour soit accessibles à tous, mais bon nous ne sommes que deux à en avoir profité.

La Roche Parstire - 2108m - Dénivelée env. 500m - 4 à 5h
• Superbe randonnée en boucle au départ du Col du Pré (1703m). La Roche Parstire marque le sommet d’une crête qui sépare les deux cuvettes lacustres de St-Guérin et de Roselend.

• Après un trajet sans encombre, nous arrivons à Arèches vers la fin de matinée et filons directement au départ de notre but du jour par la petite route très étroite par endroit qui nous mène au col du Pré. Ce choix est parfait pour une demi-journée. Rando facile, juste un raidillon avant le sommet un peu escarpé qu’il vaut mieux faire à la montée. Le sommet est un peu aérien par endroits mais rien de méchant. En toile de fond, nous avons un panorama à 360° avec d’un côté la Brèche de Parozan, tout près de la la Pierra Menta à peine visible car voilée de brume. Nous guettons le moment propice pour la photo souvenir. De l’autre côté, le Grand Mont, plus loin le Mont Mirantin. En bas, vue sur le lac de Roselend, superbement bleu. Et évidemment le Mont-Blanc qui a une drôle de tête vu d’ici.

Roche Parstire Sur la crête La Pierra Menta dans la brume Le Lac de Roselend

• Nous prolongeons le parcours des crêtes au-delà du col de la Charmette (du même nom que notre gîte) pour apercevoir en contrebas le Lac de Saint-Guérin qui fera partie d’une prochaine randonnée.

Le lac de Saint-Guérin L’enfilade des crêtes

• Nous redescendons par le sentier qui mène aux Bouchets mais là, il nous faut louvoyer et rechercher notre itinéraire car des pistes et des sentes se croisent et se recroisent, le balisage est incertain et ma carte étant assez ancienne, de temps en temps, plus rien de correspond. Un nouvel itinéraire à été tracé après les Bouchets et il faut user de toute notre adresse pour ne pas s’enfoncer jusqu’aux chevilles dans la boue (et la bouse !!!) bien molles. Alors nous nous fions au "pifomètre" et à notre sens de l’orientation et avec l’aide de quelques panneaux tout de même nous arrivons à bon port au parking ravies de cette première journée.

L’itinéraire de retour qui passe sous la Roche Parstire Trouvaille : un cor des Alpes ???

Les Lacs de la Tempête - 2115m - Dénivelée 730m - 5h30/6h
En aller-retour au départ du Lac de Saint-Guérin

• Ces lacs doivent leur nom paraît-il aux des vents violents qui sévissent dans la combe où ils se trouvent juste en dessous du Grand Mont. Il y en a cinq, nous en visiterons 3. C’est un endroit magique, sauvage, de toute beauté.

• La veille en redescendant la route du col du Pré, nous repérons dans un virage la route qui doit nous mener au Lac de Saint-Guérin, départ de notre randonnée. Malheureusement, EDF effectue des travaux et la route est barrée. Un panneau nous indique qu’il faut emprunter la piste de la Colombière ??? Une piste ? Peut-on y aller avec une voiture ordinaire ? Nous sommes inquiètes et projetons de modifier notre programme. Mais des gens du coin nous confirment qu’on peut y aller sans 4 x 4. Je regarde la carte et je vois que d’une part il y a un sacré bout avant de rejoindre la route. En plus,à un moment donné, la piste va sacrément redescendre pour rejoindre la route ! Qu’est-ce que ça va donner au retour, il va bien falloir que la voiture tienne le coup dans les cailloux et les ornières et la pente. Bref, on se lance avec prudence car par endroit il reste de l’ancien goudron mais à d’autres il y a de sacrés trous et ornières et ça redescend sec. Mais d’autres personnes empruntent elles aussi ce parcours qui s’avère finalement de toute beauté et nous permet de visiter les chalets d’alpages occupés par les agriculteurs et leur vaches.

• Nous arrivons sans encombre au barrage de Saint-Guérin et montons par un joli sentier d’alpage le long d’un petit cours d’eau jusqu’au col de la Louze (2119m)..

Le lac de Saint-Guérin Traversée du barrage Au col de la Louze

• Jusque là, nous sommes dans un univers pastoral.Vue magnifique sur le Lac de Roselend et encore vers le Mont-Blanc, la Pierra Menta toujours un peu brumeuse. Au-dessus de nous, le Grand Mont. Du reste, l’accès au sommet se fait juste au col.

Le Mont-Blanc

• Puis, nous basculons vers la combe qui mène aux lacs par une série de blocs dans les pierriers qui coupent les flancs inférieurs du Grand Mont, versant sud. Dans cette partie, apparaissent des gros morceaux de quartz. Au début ça remonte un peu puis c’est la combe sauvage. Nous croiserons quelques randonneurs au cours de cette journée mais de façon espacée et nous serons même un long moment vraiment seules. Par contre, il y a une petite brise bien fraîche qui nous oblige à nous couvrir pour le pique-nique dans un endroit de rêve.

On bascule de l’autre côté Le premier des lacs de la Tempête Deuxième lac ou lac du pique-nique Contrefort du Grand Mont Le troisième lac, tout aussi féérique Retour au col de la Louze

• Pendant la pause, nous voyons des randonneurs qui descendent des pentes venant de la Pointe de Comborsier. Je vois qu’on pourrait pousser un peu plus haut et accéder certainement à un petit col par là-haut. vers le lac des Besaces. Pour une prochaine fois peut-être. Pour l’heure, profitons du paysage qui nous entoure.

Le "groupe" ou les "groupies" ?

• Au retour petite visite du typique village de Boudin avec ses chalets anciens.

Le four à pain

Cirque des Quefins - 2073m - Dénivelée 800m - 5h30/6h
En boucle au départ du village des Quefins

• Encore un petit déplacement en voiture pour nous rendre au hameau des Quefins tout près d’Arêches.

• Cet itinéraire se situe carrément sur le versant du Grand Mont opposé à celui où nous étions la veille aux lacs de la Tempête c’est-à-dire, sur le versant nord. C’est sauvage, très peu fréquenté à cette époque, et fait partie du Tour du Beaufortin.

• Nous attaquons par une longue montée régulière dans la très jolie forêt de pins du Crêt Bron offrant de belles échappées sur la vallée. Il est tôt et nous sommes à l’ombre, donc on a un peu frisquet.

Belles échappées sur le Grand Mont

• On arrive assez rapidement sur le plateau de Cuvy au croisement de pistes (plutôt des pistes de ski car nous sommes en partie sur un domaine skiable) et sentiers où l’on y perd un peu notre latin. A une intersection, j’hésite, regarde la carte, je ne comprends pas trop, rien ne correspond vraiment et il me semble que d’après le panneau, il faudrait aller plutôt à droite ? Eh bien c’est faux, car deux dames arrivent qui connaissent le coin et en fait il faut aller à gauche, le panneau est mal positionné. Bon, pas grave, on aurait eu vite fait à s’apercevoir de notre erreur car le terrain descendait et nous, nous devions encore monter

• Nous voilà maintenant sous des télésièges à grimper l’interminable piste de ski des Bonnets Rouges mais le paysage est magnifique alentours. Les deux dames de tout à l’heure, croient se souvenir d’un raccourci et confiantes, nous les suivons. Mais nous galérons dans les myrtilliers où nous nous enfonçons pour récupérer la piste un peu plus haut par un raidillon carabiné. Et là, oui nous tombons sur le raccourci en question qu’il aurait fallu en fait aller prendre un peu plus loin. Bref, tout va bien nous sommes "sur les rails". Les deux dames poursuivent leur chemin tandis que nous prenons une bifurcation menant à une table d’orientation. Petit détour pour découvrir le panorama. Et nous retrouvons la Pierra Menta, la Brèche de Parozan, le Mont-Blanc, Le Grand-Mont, etc ...

Et encore la Pierra Menta en toile de fond Petit détour vers la table d’orientation Encore le Mont-Blanc Au fond l’Aiguille du Grand Fond, la Brèche de Parozan et la Pointe de Presset

• La rando se poursuit à travers un paysage qui rappelle beaucoup celui des Aiguilles Rouges car les roches sont colorées, les myrtilliers commencent à rougir. Le sentier devient plus escarpé. Pause juste au-dessus du lac Tournant appelé ainsi car il est pourvu d’un siphon naturel qui se vide au printemps lorsqu’il est très plein ce qui provoque des tourbillons à la surface. Pour l’heure, c’est plutôt une gouille d’un vert émeraude magnifique.

On se croirait dans les Aiguilles Rouges Sentier en balcon Le lac Tournant

• Un passage escarpé dans une gorge qui est le déversoir du lac met un peu de piment sur notre parcours.

Une petite gorge à passer Désescalade facile !

• Le sentier se poursuit en balcon jusqu’aux chalets des Combettes. Les alpages sont ici extrêmement pentus et sont fanés à la main. De fières tarines paissent tranquillement. Petite pause pour admirer ces chalets à l’ancienne d’où s’échappe de la fumée mais par où au fait ? Il n’y a pas de cheminée. Soudain, une dame, l’alpagiste, nous invite à visiter son chalet. Moi qui adore le pastoralisme, j’étais aux anges.

Chalets des Combettes Cuisine à l’ancidenne

• Les toits sont fait avec des tuiles de bois qu’on appelle "ancelles" (un peu comme les tavaillons en Haute-Savoie, mais la fixation est différente). Tout à l’intérieur est resté tel qu’au siècle dernier. Un vrai musée. Elle fait sa cuisine sur un feu de bois à même le sol, trois fromages sont sous presse tout à côté. Le mobilier, placards, lits, etc sont d’origine, nous sommes transportées dans un autre monde. Elle nous montre la "laiterie", petit hangar où est stocké le lait et le petit lait, ses provisions. Seul modernisme, un panneau solaire qui lui permet d’avoir l’eau chaude, l’électricité et de recharger son portable. Elle nous explique la vie en alpage. Nous serions bien restée plus longtemps mais il faut songer à descendre car le plus dur nous attend : une longue et interminable descente raide dans la forêt. Mes pauvres genoux tiennent bien le coup, mais quand même !

Joséphine la tarine du Beaufortain

Le Chalet du Lac - 2058m - Dénivelée 800m - 4h/4h30
En aller-retour au départ du Hameau de La Dray

• Nous reprenons la route des Quefins, mais bifurquons vers La Dray.

• Comme nous devions rentrer au Pays de Gex dans l’après-midi, nous avons opté pour une rando pas loin et pas trop longue.

• C’est un peu fastidieux au début car nous avons choisi de partir de tout en bas alors qu’une piste carrossable nous aurait permis de gagner quelques centaines de mètres. Mais bon, cela nous a permis de découvrir.

• On monte donc tantôt par la piste tantôt par des sentiers pour arriver à Plan Villard et continuons par un sentier d’alpage splendide parmi les pentes couvertes de myrtilliers sous le Mont Mirantin que nous avons en ligne de mire. Nous sommes encore sur une variante du Tour du Beaufortain. Nous aurions pu pousser jusqu’au pas de l’Ane qui est le col donnant accès au Mont Mirantin, mais le temps nous manque.

• Nous nous arrêtons près du Chalet du Lac ce qui est déjà en soi un but de randonnée splendide. Là, à côté du petit lac, se trouve un joli chalet-buvette mais il est fermé. Pause bien méritée dans le parc où se trouve un âne et un cheval qui viennent fouiller dans les sacs et nous faire des mimis un peu humides. Nous décampons par dessus la clôture pour trouver la tranquillité. Puis nous redescendons en prenant le temps de remplir une boîte de myrtilles. Du reste, des promeneurs ne sont venus que pour ça. Ils les ramassent avec des peignes.

Le chalet du Lac et au-dessus, le Mont-Mirantin Notre panorama favori

Et encore de superbes souvenirs de montagne à rajouter dans notre collection.

Chantal

Fontaine d’Arêches Chalet typique à Arêches






CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE GEX
ESPACE GEORGE SAND
9 RUE DE GEX
01630  SAINT-GENIS-POUILLY
Contactez-nous
Tél. 04 50 42 22 17
Permanences :
Jeudi 20:30 - 21:30
Activités du club
Agenda