Actualité

Alpinisme

Randonnée alpine des Balcons de la Mer de Glace

20/09/2007
Randonnée alpine des Balcons de la Mer de Glace

Il est un peu déçu car il a préparé depuis longtemps ce week-end et sur les 10 personnes inscrites, 5 se sont désistées, il faut reconnaître que certains avaient des raisons très justifiées et ont dû regretter de ne pas avoir pu venir. Finalement 2 autres personnes se rajouteront. Nous sommes donc 7 au départ.

Arrêt des voitures sur le parking à Chamonix pour prendre le train du Montenvers. Le temps se confirme exceptionnel. Alain a prévu une corde et moi ma ceinture ! Il me connaît, il faut me rassurer.

Légère descente sur un chemin et voilà le 1er handicap, des échelles raides pour aller sur le glacier. Alain m’encorde et c’est parti. Je suis sur le glacier, légère hésitation et Alain me dit de mettre mes crampons. Voilà c’est fait et nous rejoignons les autres, en face, au départ de notre randonnée. J’enlève les crampons, et nous montons les échelles. C’est moins impressionnant que de les descendre mais je suis concentrée. Nous laissons de la distance car risques de chutes de pierre. Une fois sur le chemin de randonnée, je me détends et prends des photos. A mesure que nous montons, Alain m’explique les sommets : les Drus, l’aiguille Verte, Les Aiguilles des Grands Charmoz, du Grépon.

Refuge de Charpoua

Arrivés à l’embranchement du refuge du Couvercle et refuge de Charpoua, nous pique-niquons. Alain décide d’aller voir ce refuge (400m de prévu). Je fais partie du groupe, partis léger, c’est à dire sans sac. Mais arrivés au pied d’un pan de montagne, encore des échelles à gravir !! Non, je décide de redescendre après avoir pris le temps d’admirer le paysage très proche et impressionnant. A leur retour, pas de répit pour les courageux, car l’heure avance, et nous reprenons le chemin. Nous montons, descendons et les 300m de la fin sont difficiles. J’ai bien fait de me préserver.

Enfin, nous avons la vue sur le refuge du Couvercle, avec l’ancien au dessus et un panorama grandiose : aiguille du Moine, les Droites, les Courtes, la Pointe Isabelle… Du refuge, vue sur les Grandes Jorasses avec la Dent du géant. Repas très correct, ambiance sympathique, refuge propre. Il fait très bon et nous restons dehors un moment. Cela fait toutefois du bien d’allonger les jambes et vers 21h, nous sommes dans les dortoirs.

Dimanche, après un petit déjeuner copieux à 7h, et nos préparatifs terminés, nous descendons du refuge vers le glacier de Talèfre dans le but de voir le refuge de Leschaux. A ma grande surprise, une grosse corde blanche nous attend pour nous permettre de descendre en désescalade une partie difficile. René et Suzanne seront mes guides en ce début de matinée. C’est chacun son tour et heureusement car c’est dans ces moments là que je souffle fort. Je "déstresse" comme je peux.

Sur le glacier, Alain est de nouveau vers moi et je mets les crampons un petit moment. Je les quitte au moment ou la moraine nous oblige à escalader des blocs. Arrivés sur le chemin vers les autres, un bouquetin traverse au-dessus de nous et nous observe. Encore des échelles, des parties métalliques pour poser les pieds et des barres pour mettre les mains. Je suis de nouveau encordée. C’est assez long pour arriver au refuge de Leschaux qui vient d’être fermé !! L’hélicoptère est attendu par les gardiens. Encore des échelles depuis le refuge, une corde difficile à prendre et un terrain instable à l’arrivée. Je commence à m’habituer aux échelles mais pour les cordes c’est une autre affaire.

Nous commençons à marcher sur le glacier de Leschaux. Sans les crampons, c’est parfait. Les cristaux crissent sous les pieds et je tiens bien. Je suis étonnée !! Je marche derrière Suzanne, très précautionneuse et attentionnée. Yves sera aussi très prévenant.

Après une longue marche et quelques hésitations de trajets, nous rejoignons la Mer de Glace. Pique nique. Nous passons à droite de la Rivière (bédière) et le panorama est féerique et impressionnant. Passage vers un gouffre (Moulin) d’ou l’on entend la puissance de l’eau. Il faut chercher les meilleurs passages, à la fin du glacier. Peu de temps d’arrêt pour boire, pour prendre des photos. Il ne faut pas traîner car le dernier train est à 17h. Personne ne souhaite le louper. Je me laisse encordée, fatiguée pour remonter les échelles. Ce serait dommage d’avoir un ennui à la fin d’un si beau week-end.

J’ai vraiment eu de la chance : un temps splendide, un guide bénévole parfait pour la sécurité, l’explication du paysage. Merci Alain. Je suis peut-être la seule qui aura eu le moins de douleurs (problèmes de genoux pour la plupart, rage de dent pour Suzanne) mais je me suis découvert des bleus sur les tibias !! J’ai dû taper les barreaux des échelles en enfonçant trop les pieds de peur de glisser ?? Je suis heureuse d’avoir participé à cette magnifique "ballade".

Françoise Page






CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE GEX
ESPACE GEORGE SAND
9 RUE DE GEX
01630  SAINT-GENIS-POUILLY
Contactez-nous
Tél. 04 50 42 22 17
Permanences :
Jeudi 20:30 - 21:30
Activités du club
Agenda