Actualité

Ski de randonnée

Les 3 cols

04/05/2010
Les 3 cols

Charly, Matthieu, Eric, Anne-Gaëlle, Pep, Carmen, Samuel, Bruno, Claude, Manu, Gilles, Aloïs, Benjamin, Ludo et Philippe

La nombreuse troupe se retrouve comme prévu au parking du CAF à 5h30. Après une route sans encombre, nous arrivons au départ du téléphérique des Grand-Montets largement en avance. Nous sommes donc les premiers dans la queue pour la première benne, et dans les premiers au départ. En haut, le ciel n’est pas aussi dégagé qu’espéré, des nuages cachent déjà les sommets. Nous attaquons rapidement la descente, avant de remettre les peaux au pied d’une pente un peu raide donnant accès à l’itinéraire vers le col du Chardonnet. La neige est bien dure, et certains choisissent de quitter les skis et de monter en crampons.

La pente ensuite est un peu moins marquée, et la trace est par contre très bien faite, les crampons et même les couteaux ne sont plus nécessaires. Le brouillard nous cache parfois le col. Quand nous l’atteignons, il y a déjà une foule de personnes en train d’attendre ou de descendre, et au moins 3 cordes en place. La confusion est assez grande. Charly pose une corde pour notre groupe, et les premiers commencent la descente. D’autres sont impressionnés par la pente, où révisent leurs nœuds. Dessous, c’est le bazar, il y a des personnes bloquées sur leur corde, un guide bien énervé par tout ça et qui craint un coup de crampon sur sa corde, un autre groupe qui vient du Trient et qui remonte le col, bref, c’est vraiment le bazar. Nous finissons tout de même par passer, mais quand nous repartons, nous avons perdu deux heures par rapport au moment où nous sommes arrivés au col.

Sur le glacier d’Argentière En remontant vers le col du Chardonnet, vu sur le glacier d’Argentière On remet enfin les peaux après avoir passé le col du Chardonnet

Il neigeote un peu, et nous sommes refroidis. Par une petite descente en traversée, nous rejoignons assez rapidement la fenêtre de Saleinaz. Là encore, la trace est bien marquée mais la neige très dure, et certains préfèrent mettre leur crampons. Charly fait une faute et tombe sur une bonne partie de la pente, heureusement sans se blesser, mais c’est très impressionnant. De l’autre coté de la fenêtre, nous gardons les peaux pour rejoindre le col du Tour. Il ne passe pas à ski, il faut faire une petite désescalade rocheuse, et Charly repose une corde (vérification faite de retour à la maison, nous aurions du aller au col supérieur du Tour, qui lui passe à ski...). Heureusement, nous sommes seuls ici, il n’y a pas la confusion du Chardonnet, mais ce passage prend encore beaucoup de temps. Il neige maintenant, une grosse pierre dévale sur les personnes en bas du couloir, par chance sans toucher personne.

Entre le col du Chardonnet et la fenêtre de Saleinaz Arrivée à la fenêtre de Saleinaz Sous le col du Tour

Quand nous repartons, il est déjà 18h, et la fatigue se fait sentir. La neige est un peu humide, et Carmen fait une mauvaise chute et semble s’être sérieusement blessée à un genou. Ceux qui sont autour d’elle se portent à son secours, nous commençons à lui retirer son matériel, et à l’emballer dans des couvertures de survie. La situation n’est pas brillante, il est tard, et le brouillard empêche toute intervention d’un hélicoptère. Nous pensons faire un traineau et rejoindre soit la vallée soit le refuge Albert 1er qui n’est pas loin (mais sans doute pas gardé). Cependant, après un petit moment, nous essayons de relever Carmen, et son genou semble tenir. Claude se charge de son sac, et nous repartons vers le bas, en cherchant les pentes les plus faciles. L’itinéraire est assez simple, plus bas la visibilité s’améliore.

Sur la fin, il est encore bien difficile de se frayer un chemin entre les rhododendrons et les petits ressauts, mais nous finissons enfin par rejoindre le hameau du Tour. Le genou de Carmen à tenu, ouf. Il est un plus que 20h, et il n’y a plus de navette pour Argentière. Nous appelons un taxi depuis le bar, et pendant que les chauffeurs vont chercher les voitures, nous profitons du bar. Le retour se fait sans problème, et nous retrouvons enfin le parking du CAF aux alentours de 23h.






CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE GEX
ESPACE GEORGE SAND
9 RUE DE GEX
01630  SAINT-GENIS-POUILLY
Contactez-nous
Tél. 04 50 42 22 17
Permanences :
Jeudi 20:30 - 21:30
Activités du club
Agenda