Actualité

Randonnée

Ecole de Via Ferrata

08/11/2008
Ecole de Via Ferrata

Cette sortie était destinée à tous les membres du CAF Pays de Gex, du tout nouvel inscrit au grimpeur confirmé. Mais elle était malheureusement limitée à 7 "élèves".
Le but était de montrer la technique de la via ferrata, activité de plus en plus à la mode, en mettant l’accent sur la sécurité. Trop de personnes se lancent dans ce genre de voies équipées, pensant qu’avec une longe (voire même avec un bout de corde de chantier - comme nous l’avons vu l’après-midi), ils seront à l’abri de tout danger.

Samedi matin : via ferrata du Salève (Pommier)

Au parking, nous faisons le point : est-ce que tout le monde a son baudrier, sa longe et son casque ?

Ok, nous pouvons partir. Après une petite marche d’approche - qui nous réchauffe sous ce brouillard d’automne, nous voici au pied de la voie.

Avant de débuter, Marc, notre "professeur", nous fait un petit discours sur le matériel :
• le baudrier : ajustement, contrôle des fermetures des sangles, différents modèles (par exemple, les dames auront intérêt à choisir ceux qui peuvent s’ouvrir facilement !)
• le casque : le mettre à sa taille (attention pour ceux qui prennent facilement la grosse tête).
• la longe de via ferrata : différents modèles avec différents mousquetons.

Petite explication mathématique du facteur de chute pour nous faire comprendre l’intérêt de ce genre de matériel. En cas de pépin, la sangle va amortir le choc (SAUF pour les enfants ou pour ceux qui ne faut pas le poids). En via ferrata, les cas de chutes ne sont pas les mêmes qu’en escalade et les facteurs de chutes sont beaucoup plus élevés. De plus, les risques sont différents si nous progressons horizontalement ou si nous effectuons une montée en échelle.

Via ferrata du Salève Beau mur

Enfin, c’est le grand départ. Après un petit pas d’escalade sur le rocher glissant, nous atteignons le 1er câble. Et nous voici tous reliés au fil d’Ariane (avec ce brouillard, nous ne nous perdrons pas !). Le terrain est facile. C’est un petit sentier étroit, typique du Salève. Nous travaillons notre dextérité à manier les mousquetons sur le câble.

Nous faisons une halte sur une plate-forme. Marc donne quelques conseils : toujours une seule personne sur la portion de câble, les mousquetons toujours orientés ouverture vers le haut.

Puis il sort les cordes. Mauvais signe ! Qu’est ce qui nous attend ? Tout le monde s’encorde et chacun gardera sa place. Pas question de doubler !

Nous attaquons les difficultés. Après un passage rocheux horizontal, la voie continue en montée sur un beau rocher face au vide (heureusement le brouillard estompe le vide).
La technique se complique. Il faut aussi s’occuper de la corde : en plus des mousquetons, il faut passer la corde dans les "queues d’cochons". Au début, nous tricotons avec tout ce matériel. Résultat : une maille à l’endroit, une maille à l’envers et un méli-mélo final. Tout est à refaire. Mais peu à peu l’automatisme se met en place.
La paroi devient super verticale. Mais le 1er assure les autres en vraie technique d’escalade. Donc les seconds peuvent avoir confiance, la corde les assure (et les rassure) au max. Cet assurage supplémentaire avec une corde est conseillé avec des personnes inexpérimentées et surtout avec des enfants.

Après quelques montées d’adrénaline, les gestes deviennent plus sûrs. Nous commençons à nous familiariser avec ce terrain d’aventure. Mais à notre grande déception, la via se termine. Nous redescendons par le sentier de randonnée "normal".

Nouvelle destination : Collonge - Fort l’Écluse pour une autre via ferrata.

Début de la via ferrata de Collonge-Fort l’écluse

Samedi après-midi : via ferrata du Fort l’Écluse.

Après un pique-nique bienvenu (au soleil mais sans sieste), nous repartons pour une nouvelle aventure. La via ferrata du Fort l’Écluse est cotée AD (Assez Difficile). Celle du Salève était "Difficile". Donc pas de soucis. Mais elle est plus longue, avec plus de dénivelée.

Nous avons encore droit à quelques explications sur le matériel et sur les différentes pressions qu’il subit lors d’une chute.

Un peu de vide

Après avoir analysé attentivement le panneau d’avertissement placé à l’entrée du site, nous voici repartis. Changement de donne : le dernier de cordée du matin sera cette fois le premier. Les manœuvres ne seront pas les mêmes.

Le terrain est différent, les passages sont plus raides et même en devers (c’est à dire que notre centre de gravité penche dans le mauvais sens). Il faut prendre son souffle puis son élan et tirer sur nos biceps pour gravir les échelons. Heureusement, nous avons installé à portée de main notre "sangle de repos". Donc, en cas de fatigue ou de stress, un petit clic et on se repose. Encore faut-il faire confiance à ce bout de ferraille relié par un petit bout de "ficelle". Mais, une fois que l’on a mis tout son poids dessus, miracle, ça tient !

Embouteillage

Nous arrivons au sommet de la voie. Le Fort est vaincu. Nous sommes au pied de son mur supérieur. Mais l’expression "être au pied du mur" est tout à fait adaptée à notre situation. Après l’avoir longé, nous trouvons un "pont de singe". Il n’y a même pas de pont, mais seulement deux câbles : un pour les pieds et l’autre pour les mains… et un joli vide dessous. Chacun passe avec son style : technique de danseur avec un pas à pas glissé ou celle de funambule très à l’aise.

Ouf, les frayeurs sont finies.

Que l’on croyait ! C’était sans compter avec Marc. Car le petit malin voulait finir en beauté, par une simulation de chute sur ce passage et un exercice de sauvetage. En plus il fallait deux cobayes, un pour tomber, l’autre pour le remonter. Évidemment, il y eut plein de volontaires … désignés.

Ni une ni deux, un bout de corde est lancé au naufragé, un système de poulie est installé et hop un coup de pied : la personne est remontée (de 1cm à 30 cm selon le coup de pédale). Mais finalement, c’est efficace.

Simulation de chûte

Donc nous récupérons tout le monde et l’école est finie.

Pour clore cette journée, nous décidons de descendre au fort inférieur par les escaliers souterrains. C’est la Journée Patrimoine, il faut en profiter. Mais pas de chance, les 1165 marches ne seront ouvertes que dimanche. Nous redescendons donc à pied : le Fort nous a vaincu.

La buvette est cependant ouverte. Après un rafraîchissement bienvenu, Marc nous donne quelques documents sur ce qu’il nous a expliqué (interrogation écrite en vue ?).
Nous allons peut-être oublier certaines choses, mais nous verrons la via ferrata sous un autre angle.

Merci Marc.






CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE GEX
ESPACE GEORGE SAND
9 RUE DE GEX
01630  SAINT-GENIS-POUILLY
Contactez-nous
Tél. 04 50 42 22 17
Permanences :
Jeudi 20:30 - 21:30
Activités du club
Agenda